Les « Icônes » de Helmut Newton

Exposition au Musée de la Photographie Charles Nègre à Nice

Du 17 février au 28 mai 2017

newton-fly-vertical.png

Je suis en train de marcher sur le Boulevard Jean Jaurès, le long de la Coulée Verte, lorsque j’entends s’approcher le tramway. Mon regard est tout de suite capté par cette affiche placardée sur la voiture. J’ai juste le temps de lire avant que le tramway ne poursuive sa route.

Je suis intriguée par cette photo dont les couleurs et le style me rappellent instantanément le photo réalisme du peintre écossais contemporain, Jack Vettriano. Cela m’évoque tout de suite « The Parlour of Temptation » : Un canapé sombre, une femme sexy en robe rouge et hauts talons, en train de fumer, deux personnages dont un, dont on ne voit que le corps. Même si les couleurs ne sont pas attribuées aux mêmes éléments, même si pour l’un, il s’agit de deux femmes et pour l’autre, d’un homme et d’une femme, j’ai l’impression de retrouver une même ambiance tamisée, lourde de sous entendus, des couleurs saturées par la lumière, un travail de la symétrie, un jeu entre la présence et l’absence, entre celui qui est dans le cadre, « the insider », et celui qui sort du cadre, « the outsider », un jeu d’ombres et de lumières, d’horizontalité et de verticalité où il semble se créer un rapport intime entre dominant et dominé.

jack_vettriano_005.jpg
« The Parlour of Temptation » Jack Vettriano

Évidemment, j’ai eu une envie irrésistible de découvrir sur le champ cette exposition « Icônes ». Je me demandais d’ailleurs alors, si l’œuvre présentée sur l’affiche était bien une photo car je ressentais un fort potentiel pictural dans ce « print » qui disparaissait déjà avec le tram.

Le mot « Icônes » aussi résonnait en moi. Icônes ? Icônes de la mode ? Icônes religieuses ? Icônes culturelles ? A l’origine, une icône était la représentation peinte de personnages bibliques sur un panneau de bois, objet de vénération des fidèles qui entretenaient un culte individuel ou collectif avec ces icônes.

Qu’en est-il aujourd’hui ?

L’important réside donc dans la relation entre le personnage représenté, glorifié, déifié et celui qui le regarde. Il s’ agit d’une relation intime entre le contemplé et le contemplateur. De nos jours, lorsque l’on parle d’ « Icône », on parle généralement de femmes divinisées, idéalisées dont leur disparition terrestre n’altère en rien leur popularité à travers les âges comme Marilyn Monroe par exemple. Elles incarnent une époque, un style, une vision. Leur image semble échapper au temps. Elles deviennent alors des icônes culturelles intemporelles.

En allant à l’exposition concernant les « Icônes » de Helmut Newton, j’espérais avoir des réponses à mes questions. Pourquoi avoir choisi ce terme pour cette rétrospective ? Quel était donc le thème exact de l’exposition ? Cette impression première allait-elle se confirmer ? Y avait-il bien une accointance particulière entre ces deux artistes ?

Déjà, faites attention avant de vous y précipiter car le musée de la photographie a changé d’adresse. Il a aussi changé de look. Il a quitté le Théâtre de la Photographie et de l’Image, ce bâtiment « Belle Epoque » du Boulevard Dubouchage pour se retrouver en plein cœur du Vieux Nice, place Pierre Gautier, entre le Cours Saleya et le magnifique ancien Palais Sarde, Palais de la Préfecture.

20170222_161143.jpg
Place Pierre Gautier, vue sur le Palais de la Préfecture ©MissJam06

Certains regretteront le charme désuet de la salle de théâtre des années 20 ou encore les différentes salles d’exposition avec leurs moulures. En ce qui me concerne, je trouve que ce relooking complet était nécessaire pour donner plus de visibilité et permettre à plus de monde : niçois, touristes, aficionados ou non de la photographie d’avoir plus facilement accès à ce lieu. Nous nous retrouvons dans un cadre industriel moderne, au décor minimaliste avec des murs blancs, des cadres noirs, un sol couleur béton, un escalier en acier et un accessoire de levage, sorte de gros treuil à palan, seul vestige du passé que l’on peut apercevoir accroché au plafond du 1er étage.

Venons en au vif du sujet ! Dans cette expo, trois types de photos se côtoient :

Tout d’abord, des photos de mode célèbres que l’on a pu voir dans différents magazines et tout particulièrement dans Vogue, des créations pour Yves Saint Laurent ou Thierry Mugler notamment, des noms prestigieux dont la réputation n’est plus à faire dans le milieu.

Mais aussi des portraits que l’on peut qualifier d’iconiques, avec pour ne citer qu’eux et vous laisser le plaisir de découvrir les autres : Catherine Deneuve, Salvador Dali, Andy Warhol, David Bowie et bien d’autres encore. Il semblerait donc que les « Icônes » version Helmut Newton ne soient pas uniquement des femmes mais aussi des hommes, figures emblématiques et pas forcément des « canons de beauté ». Enfin, des nus : entre attraction et répulsion, entre élégance et vulgarité. Helmut Newton semblait aimer jouer avec les règles et les tabous, passant du noir et blanc à la couleur, des « Private Property Suites » aux « Naked and Dressed », du conventionnel à l’insolite, de la séduction à la perversion, de l’espace privé à l’espace public.

Ce qui est sûr, c’est qu’il était un maître dans l’art de photographier en apportant sa touche très personnelle, en libérant la femme de tout carcan, en rappelant qu’il n’y a pas de règle dans l’art. La femme newtonienne est une femme forte, libérée sexuellement, dominatrice, une femme de pouvoir qui arrive même à en effacer la présence masculine.

Ainsi, même si il est clair que Jack Vettriano et Helmut Newton partagent une passion commune pour les femmes, qu’ils aiment tous deux sortir des sentiers battus, affirmer le côté sensuel, érotique, sexuel de la femme jusqu’à en choquer certains, jouer avec les codes, jouer avec les couleurs et la lumière, ils présentent un monde différent. Dans la peinture de Jack Vettriano, l’homme est très présent et il est souvent représenté comme le dominateur, le contemplateur, l’observateur de la femme dans un monde qui ressemble beaucoup à celui des années 40 ou 50, avec une dose de film noir américain pour ses « Lovers and Other Strangers ». Helmut Newton, lui, imagine une société où les femmes se suffisent à elles mêmes, « Un monde sans hommes » comme le titre de l’un de ses ouvrages. La beauté d’un cliché vient-elle nécessairement de la beauté de ce qui est représenté ?

Voilà ce que Newton dit lors d’une conférence de presse en Autriche, en 1984, au sujet de la section Erotism :

« J’adore la vulgarité. Je suis très attiré par le mauvais goût, plus excitant que le prétendu bon goût qui n’est que la normalisation du regard. Si le monde de l’art me rejette, je ne peux que dire : “Good luck to the world of art.” Si je cherche la vérité d’un point de vue, je ne vais pas me conformer à ce que l’art accepte ou non. »

J‘ai beaucoup aimé cette exposition même si certains clichés me parlent moins que d’autres. J’ai tout particulièrement apprécié sa distance prise avec le monde de la mode, son humour et sa liberté d’expression. Pour finir, Jack Vettriano et Helmut Newton ont en commun de faire réagir, de susciter le commentaire et l’interprétation, l’amour ou la haine.

Voici donc quelques clichés. A vous de réagir ! Le mieux, tout de même serait de les voir de vos propres yeux bien-sûr.

20170222_17161820170222_16580720170222_17163620170222_165226

http://museephotographie.nice.fr/expo/

http://www.vogue.fr/photo/le-portfolio-de/diaporama/le-portfolio-dhelmut-newton/8855

https://www.jackvettriano.com/

 

Alors, ce sera Nice comme il vous plaira 🙂 as nice as you like it!

By Miss Jam

Le 23 février 2017

 

 

Auteur : Missjam06

Pour tout renseignement complémentaire ou conseil personnalisé, n'hésitez pas à me contacter via email. En particulier, si vous cherchez un "greeter" pour vous faire découvrir Nice et la côte d'Azur ou encore si vous avez envie d'allier tourisme et shopping, je pourrai vous faire quelques propositions amusantes et vous servir de "touristic shopper" et "personal coach". C'est comme il vous plaira :) ... as Nice as you like it!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s