De Nice Belle Epoque à nos jours …

De Nice Belle Epoque à nos jours,

De la Réserve au Plongeoir !

Lhiver-à-Nice-Affiche-dEmmanuel-Brun-1892.jpg
Affiche de Emmanuel Brun, 1892

Si vous êtes là, c’est que vous avez envie de connaître les secrets de ces endroits atypiques et les quelques bizarreries qui y sont attachées.

museephotographie_nice.png

En parallèle à l’exposition sur Helmut Newton, je suis aussi allée voir ce que proposait la Galerie du Musée, à seulement quelques pas de là. J’ai pu ainsi découvrir une collection de soixante très jolies photos consacrées à Nice à la Belle Epoque, prises entre 1865 et 1910 par des illustres photographes comme Charles Nègre bien-sûr, photographe éponyme du musée ou Jean Gilletta par exemple. Il semblerait que le début de cette belle époque corresponde au rattachement du comté de Nice à la France, comté qui appartenait aux comtes de Savoie et au Royaume de Sardaigne jusqu’en 1860.

Ces photos m’ont permis de retracer une partie de l’histoire de Nice et d’en découvrir des lieux insoupçonnés,  maintenant disparus.  J’ai pu observer une géographie urbaine en pleine évolution, entre mer et terre,  pêcheurs et baigneurs,  blanchisseuses et flâneuses. En outre, j’ai mieux compris pourquoi l’on parlait de « Belle Epoque » avec des bouleversements tous azimuts:  bouleversement culturel, bouleversement social, bouleversement architectural et économique. Je pourrais vous parler de nombreux endroits et de nombreuses découvertes car chaque photo dévoilait souvent un paysage inconnu, des histoires inattendues, un mystère enfin résolu grâce à des commentaires savoureux. De chaque cliché original pourrait naître un article.

galeriephoto_nice
Exposition permanente d’appareils photos à la Galerie du Musée Charles Nègre

©Radio France – Kévin Blondelle

J’ai décidé  de commencer par celui-ci car la Réserve reste pour moi, un lieu coup de cœur, parmi les plus insolites mais je ne vous cache pas que j’ai déjà plein d’autres idées en tête qui se bousculent et finiront bientôt couchées sur le papier, j’espère !

Voici donc l’une des photos que j’ai prise de la Réserve à la Galerie du Musée.

Ma photo est loin d’être une réussite mais elle donne tout de même un bon aperçu du lieu à l’époque.

20170222_162608.jpg
Photochrome sur papier albuminé prise en 1890 par un illustre inconnu

Et voilà donc ce que j’ai pu apprendre en lisant le commentaire qui lui était dédié : La Réserve tire en fait son nom des viviers qui se trouvaient à ses pieds. En 1832, la Réserve n’est qu’un simple pavillon de bois où l’on vient grignoter un morceau et déguster des fruits de mer. Il me semble pouvoir distinguer ce pavillon sur la photo, entre le restaurant et le bateau. Et on le voit encore plus clairement sur la lithographie d’Emile Levy.

La_Réserve_de_Nice_e.levy_1892JPEG.JPEG
Lithographie couleur de Emile Levy, 1892. @Gallica.bnf.fr

(Source : Bibliothèque numérique de la Bibliothèque Nationale de France)

En 1876, le lieu s’agrandit et devient un restaurant à l’allure italienne qui donne à voir sur un luxueux kiosque relié par une passerelle à une goélette cimentée sur un rocher au-dessus de l’eau et surnommée « L’Inflexible ». Une incroyable curiosité sur la mer, nous dit-on sur la lithographie, une attraction dès lors pour ces beaux messieurs et ces belles dames, de plus en plus nombreux, prenant le train pour venir profiter du doux climat de la côte d’Azur en hiver. Il y avait même apparemment un service automobile gratuit permettant à cette aristocratie de se rendre de la place Masséna à cet endroit si convoité.

Lareserve_Vie_quotidienne_et_visites_officielles_[...]Gilletta_Jean_btv1b33000068.JPEG
Photo de Jean Gilletta, Vie quotidienne et Vie officielle : 1860-1910, @Gallica.bnf.fr

Et voici l’autre photo que j’ai prise, à la Galerie du Musée, une autre œuvre de Jean Gilletta :

20170222_162714.jpg
La Réserve, Nice 1900. Tirage argentique sur papier albuminé.

Ce n’est que vers 1940 que le plongeoir remplacera le voilier. C’est L’architecte René Livieri qui construit alors cette nouvelle attraction de style Art Déco, avec ses trois plateformes s’échelonnant de 5 mètres, 8 mètres à 11 mètres de hauteur.

leplongeoir_gregoirealbertini.jpg
Photo de Grégoire Albertini pour Nice Matin

La Réserve aujourd’hui a encore changé, comme nous l’avons vu, dans mon article précédent dans Nice Tour. Le Plongeoir est devenu un restaurant chic du même nom, un ersatz d’une œuvre architecturale à la fois moderne et surréaliste, qui n’était pas sans me rappeler la célèbre peinture de David Hockney intitulée A Bigger Splash, (œuvre emblématique du Pop Art de 1967), une œuvre tout aussi moderne, avec son effet polaroïd, l’éclaboussement suite à un plongeon dans une eau bleue azur.

hockney.splash.jpg

Nous verrons bien si ce lieu actuel et  à la mode deviendra aussi iconique que ces œuvres du passé.

Le restaurant de La Réserve est resté fermé pendant un certain temps, suite à des événements malheureux que nous avons suivis dans la Presse. Il est normalement à  nouveau ouvert depuis le 7 mars 2017. Je n’y suis pas retournée depuis alors si vous avez des infos, je suis preneur.

lareserve_facebook.jpg
Photo prise sur leur page Facebook, The Boat House

https://www.facebook.com/La-Reserve-de-Nice-128361303862132/

Il y a tout de même encore quelques petites choses amusantes dont je voulais vous faire part avant de nous quitter. Une anecdote tout d’abord sur le restaurant de La Réserve. Avez-vous déjà tenté de les appeler pour réserver ? Si oui, vous savez alors quelle est cette musique guillerette que nous pouvons entendre. Oui ? Non ? Allez, je vous le dis : « C’est si bon… » Cela vous dit forcément quelque chose ! En lisant quelques articles, afin de percer le mystère de cet endroit, je suis tombée sur l’histoire de la bande sonore du répondeur du restaurant. Il faudrait d’ailleurs que je les rappelle pour vérifier si cela est bien toujours le cas.

Vous l’aurez évidemment compris, cette musique d’attente est là pour éveiller les papilles et vous rappeler la cuisine inventive mais aussi locale du chef Sébastien Mahuet. Mais connaissez-vous l’histoire de cette chanson qu’il est si bon d’écouter ?

En fait, en 1947, le compositeur niçois, Henri Betti, qui servait de pianiste alors au restaurant de la Réserve, eu l’idée de cette mélodie entraînante et demanda au parolier André Hornez de lui écrire des paroles. C’est ainsi que chaque soir, au restaurant, il fredonnait cette chansonnette au début et à la fin de chaque service. Puis, en 1948, Suzy Delair accepta de chanter le morceau lors du tout premier festival de Jazz de Nice. Et devinez un peu qui était dans l’auditoire ? Un certain Louis Armstrong qui eut un véritable coup de cœur pour cet air qui fera ensuite partie de son répertoire.

Alors, quelle version préférez-vous ? La version française de Suzy Delair, Jean Sablon ou encore Yves Montand ou bien celle de Louis Armstrong seul ou avec Ella Fitzgerald ?

Rappelez-vous ces paroles, si le cœur vous dit de pousser la chansonnette :

En français : 

C’est si bon

De partir n’importe où

Bras dessus, bras dessous,

En chantant des chansons.

C’est si bon

De se dir’ des mots doux,

Des petits rien du tout

Mais qui en disent long.

En anglais :

C’est si bon
Lovers say that in France
When they thrill to romance
It means that it’s so good

C’est Si bon
So I say to you
Like the French people do
Because it’s oh so good.
Every word, every sigh, every kiss, dear,
Leads to only one thought
And the thought is this, dear!

Et sinon, il vous reste Utube bien-sûr, pour aller écouter ou vos vieux disques en vinyl. Cela ne nous rajeunit pas !

Ce sera  Nice comme il VOUS plaira 🙂 as Nice as you like it !

Allez, la prochaine fois, je vous parlerai d’une autre petite anecdote sur Coco Beach mais pour aujourd’hui, je crois que vous en avez assez !


By  Miss Jam,

Le 27/ 03/2017

http://museephotographie.nice.fr/expo/

La Réserve de Nice,

60, BD Franck Pilatte

06300 Nice

Tél : +33497081480

 http://www.lareservedenice.fr

http://www.leplongeoir.com/

Auteur : Missjam06

Pour tout renseignement complémentaire ou conseil personnalisé, n'hésitez pas à me contacter via email. En particulier, si vous cherchez un "greeter" pour vous faire découvrir Nice et la côte d'Azur ou encore si vous avez envie d'allier tourisme et shopping, je pourrai vous faire quelques propositions amusantes et vous servir de "touristic shopper" et "personal coach". C'est comme il vous plaira :) ... as Nice as you like it!

2 réflexions sur « De Nice Belle Epoque à nos jours … »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s