De Nice Belle Epoque à nos jours …

De Nice Belle Epoque à nos jours,

De la Réserve au Plongeoir !

Lhiver-à-Nice-Affiche-dEmmanuel-Brun-1892.jpg
Affiche de Emmanuel Brun, 1892

Si vous êtes là, c’est que vous avez envie de connaître les secrets de ces endroits atypiques et les quelques bizarreries qui y sont attachées.

museephotographie_nice.png

En parallèle à l’exposition sur Helmut Newton, je suis aussi allée voir ce que proposait la Galerie du Musée, à seulement quelques pas de là. J’ai pu ainsi découvrir une collection de soixante très jolies photos consacrées à Nice à la Belle Epoque, prises entre 1865 et 1910 par des illustres photographes comme Charles Nègre bien-sûr, photographe éponyme du musée ou Jean Gilletta par exemple. Il semblerait que le début de cette belle époque corresponde au rattachement du comté de Nice à la France, comté qui appartenait aux comtes de Savoie et au Royaume de Sardaigne jusqu’en 1860.

Ces photos m’ont permis de retracer une partie de l’histoire de Nice et d’en découvrir des lieux insoupçonnés,  maintenant disparus.  J’ai pu observer une géographie urbaine en pleine évolution, entre mer et terre,  pêcheurs et baigneurs,  blanchisseuses et flâneuses. En outre, j’ai mieux compris pourquoi l’on parlait de « Belle Epoque » avec des bouleversements tous azimuts:  bouleversement culturel, bouleversement social, bouleversement architectural et économique. Je pourrais vous parler de nombreux endroits et de nombreuses découvertes car chaque photo dévoilait souvent un paysage inconnu, des histoires inattendues, un mystère enfin résolu grâce à des commentaires savoureux. De chaque cliché original pourrait naître un article. Continuer à lire … « De Nice Belle Epoque à nos jours … »

La Réserve

IMG_7062

© MissJam06

Lorsque je suis arrivée à Nice, il y a de cela six ans, je me demandais si il y avait un endroit au calme, pour se balader et profiter de la nature, sans se sentir étouffée par le monde. Je me demandais si il y avait moyen de se ressourcer, de respirer à poumons déployés sans sentir l’odeur des pots d’échappement, sans se sentir agresser par cette cacophonie continue de klaxons, sans avoir l’impression de faire un parcours du combattant, en essayant d’esquiver les personnes allant et venant, comme un chien dans un jeu de quilles.

En bref, était-il possible de passer en quelques minutes du tumulte de la ville à la tranquillité de la campagne sans pour autant prendre sa voiture et tout en restant à Nice ?

Pouvoir flâner à loisir est un luxe qui n’a pas de prix. Rester dans cette torpeur tiède du réveil est si agréable. Je ne croyais pas vraiment que cela soit possible. Nice était plutôt connue pour ses marchés foisonnants, sa population grouillante, ses activités pétaradantes et carnavalesques : Un kaléidoscope de couleurs et de lumières qui peuvent ravir pendant un temps mais aussi, trop éblouir à la longue.

Et puis, au bout de quelques temps, j’entendais souvent parler les niçois de la Réserve. La réserve ? La réserve de quoi ? Y avait-il à Nice un espace naturel préservé ? S’agissait-il d’une réserve d’animaux en voie de disparition ? D’un jardin aux fleurs exceptionnelles ? Ce lieu méconnu était-il réservé à une intelligentsia particulière ?

Continuer à lire … « La Réserve »